top of page
Rechercher
  • elegancedelarevolte

Lestang 1573 / Sancerre / Renaissance d'un domaine et naissance d'une marque

Texte Jean Dusaussoy / Photos de l'auteur, Tristan Olphe-Galliard et Amaury Despas




Comment naît une marque ?

1573 car c'est la première mention de la culture de la vigne dans ce château, sis au pied du rocher de Sancerre, et Lestang pour l'étang qui irrigue les bassins du parc. Un lieu d'histoire et de culture, puisque l'un des derniers propriétaires avant le phylloxéra fut Jean-Guillaume Hyde de Neuville, ambassadeur de France aux Etats-Unis (il en a même profité pour y importer son vin) puis député de la Nièvre et ministre de la marine de Louis XVIII ainsi qu'ami de Chateaubriand qui a séjourné à Lestang, comme l'atteste l'immense cèdre du Liban que l'écrivain aurait lui-même planté devant le château.





Voilà pour le passé. Le présent s'écrit avec Rémy Graillot (cf. photo ci-dessous) qui, originaire du Cher, a acquis le château en 2013, après un parcours dans dans la finance et l'immobilier, et supervisé les trois années de travaux selon des normes bas carbone pour redonner tous son lustre au château et transformer l'orangerie en chai. Déjà, en 2012, il avait acheté 4 hectares de vignes, non loin de là, à la Moussière, dont 3 en sauvignon et 1 en pinot noir, En Grand Champs.



©Tristan Olphe-Galliard


« Avant tout, je veux créer une marque », dit Rémy Graillot, « une marque de luxe, mais authentique, c'est ambitieux. D'abord, il faut que le produit soit bon et reconnu comme tel. Ça passe par là, mais ça ne suffit pas. Après il faut le faire savoir, avec tous les ingrédients du luxe, le réceptif, le chai qui est un lieux d'exposition, le tout chapeauté par une directrice artistique, Joséphine Fossey, qui est intervenue aussi sur la création du logo, qui reprend de façon stylisée le blason du château, et des étiquettes. L'idée est de pouvoir recevoir des ambassadeurs importants dans un cadre luxueux afin de faire connaître les vins et la marque.»



©Tristan Olphe-Galliard


Pour les vins, Rémy Graillot a recruté, en 2020, Célestin Bizet (cf.photo ci-dessus) comme chef de cave et de culture, qui a fait ses classes auprès de Vincent et Florent Pinard pour le côté vigne ainsi que chez Joseph Mellot pour le côté cave. Expériences qui lui furent utiles pour conduire à bon port un premier millésime compliqué que fut 2021, sur les 3 hectares de sauvignon sur silex d'un seul tenant autour du château. Une cuvée tradition, toute en cuve inox, qui a la vivacité du sauvignon, sans le côté variétal, avec de l'amplitude grâce à un élevage sur lies fines et l'Illustre Voyageur, en référence à Chateaubriand, vinifié en demi-muids, qui truffe délicatement quand on le verse, avant de s'aventurer vers le coing... Leur secret : des vins prêts à boire, grâce à un an d'élevage plus un an de bouteille avant la mise sur le marché.



Le chai de nuit, situé au sous-sol de l'ancienne l'orangeraie et le projet de la nouvelle cave pensée par Marine Jacques-Leflaive

La prochaine étape sera la construction de la nouvelle cave qui verra le jour juste au-dessus de l'étang et pour laquelle Rémy Graillot a fait appel à l'architecte bourguignonne zéro carbone, Marine Jacques-Leflaive.

« J'attends vraiment avec impatience que la nouvelle cave soit construite», dit le maître de chai. « Si tout va bien à l'horizon 2025-26, pour pouvoir vinifier les deux terroirs (Lestang et La Moussière) ainsi que les rouges d'En Grand Champs. Pour le prochain millésime, on va vinifier un petite partie de rouge en bas en poussant les murs. La Moussière est complètement différent en terme de sols (argilo-calcaire). Avec la nouvelle cave, je pourrai tout travailler de façon parcellaire.»



Matthias Marc & Rémy Graillot chez L'Eclaireur © Amaury Despas


Pour la présentation du premier millésime à la presse, Rémy Graillot a fait le choix du chef étoilé Matthias Marc (Substance) pour accorder les deux cuvées du château.

Un maquereau pour la cuvée tradition, le gras du poisson bleu enrobant la vivacité du sauvignon et pour le second voilà ce que nous dit le chef.

« Je voyais un poisson noble avec l’Illustre Voyageur. Avec ce sauvignon, on sent la patte du vigneron et de l’élevage. Le vin apportait beaucoup de tension et de finesse. Je trouvais que c’était intéressant de travailler un poisson sur le même mode. Le vin est assez complexe, ni trop acide, ni trop aromatique, en évitant le côté variétal du sauvignon que l’on n’aime pas. Il fallait un mets qui ne monte pas au-dessus, mais qui ait assez de vivacité pour boxer avec ce cépage. D’où l’omble-chevalier et son beurre mentholé qui apporte beaucoup de fraîcheur. »


Voilà la marque lancée, elle est à suivre, On peut compter sur le troisième homme de ce trio, Louis Flamant, qui s'occupe de la commercialisation des vins, pour le faire savoir. E la nave va !



L'Illustre voyageur 2021 / Lestang 1573 sur un Omble-chevalier confit / asperge verte / beurre mentholé / ail des ours.



Lestang 1573

L'Étang, 18300 Sancerre



64 vues0 commentaire

Comments


bottom of page