(Don) Juan Arbelaez / El Burlador du Marignan Champs-Elysées / Nube / Paris

 

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de l’histoire de ce jeune chef brillant qui bouscule les conventions culinaires parisiennes, lors de notre passage au Plantxa, son restaurant à Boulogne (lire ici).

 

L’hyper-actif chef de talent Juan Arbelaez continue de révolutionner et chahuter la gastronomie en faisant souffler depuis quelques semaines un vent nouveau inspiré de su tierra caliente pour réchauffer les pavés humides des frileux Champs-Elysées en cette saison.

 

Le jeune chef vient en effet de reprendre les cuisines du très sélect Hôtel Marignan Champs-Elysées et s’impose avec force au restaurant design « Nube » (qui doit son nom à une suspension en forme de nuage signée Céline Wright) : Nube c’est, en effet le « nuage » en espagnol.

 

 

Juan continue donc de nous étonner avec sa cuisine qui puise nonchalamment dans ses racines sud-américaines les couleurs, les goûts acides et vivants, le « punch » ensoleillé dont il parsème avec énergie ses assiettes tout en insufflant les prémices d’une « fiesta » décomplexée, bien loin des cuisines de certains grands hôtels parisiens.

 

La coriandre chez Juan est omniprésente comme une virgule subtile dans un texte de Garcia Marquez, le citron vert et le café viennent pulser les plats et offrir des nuances d’arômes uniques, qui nous transportent irrémédiablement vers d’autres rivages, d’autres cieux et de lointains horizons.

 

Juan Arbelaez garde de son passage chez Pierre Gagnaire une créativité assumée qui le pousse à toujours se remettre en question sans jamais se reposer sur les lauriers, parfois ronflants, de la télévision.

 

Ici il joue la touche du chic-décontracté, avec un service « casual », également sur les prix. Le menu dégustation à 50 € propose 3 entrées, 1 poisson, 1 viande et 2 desserts.

 

La carte se modifie quotidiennement, au fil des arrivages de produits ultra frais.

Les classiques restent bien évidemment, plébiscités par les clients fidèles, comme les Ceviche et le fameux Burger au mesclun et parmesan râpé.

 

Aujourd’hui en entrée, c’est Sériole snackée, betterave, Leche d’amour et coriande, suivi d’un « Que Dieu soit loué », un œuf parfait et seiche taillé jambon et condiments.

 

Le Sole-y-laisse et sole, riso & sage émulsion en plat sont à ne pas manquer et le « Mamie » Blanquette de veau à l’ancienne, langoustine et grelots caramélisés, incontournables!

 

 

A noter que l’huile d’olive proposée sur table est la dernière née de la gamme grecque « Kalios », une huile d’olive tout spécialement sélectionnée par le chef.

 

Avec un subtil mélange de chic parisien, de dépaysement de saveurs, de classique osé et de design épuré, le jeune chef a sculpté avec talent sa personnalité dans ce lieu apaisant et pris le parti, à son image, d’une cuisine heureuse.

 

 « Spécial thanks » aux équipes de salle et particulièrement à la charmante et très professionnelle Camille Dghoughi qui gère avec grâce mais fermeté, la salle du magnifique Nube.

 

Photos : ©Bruno Comtesse

 

Petit-Déjeuner servi de 7h à 11h.

Déjeuner servi de 12h à 15h.

Dîner servi de 19h à 22h30.

 

Pour toute réservation ou demande de privatisation

Tel : 01 40 76 34 56 ou reservation@hotelmarignan.fr

 

 

 

 

 

Please reload

Vente des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges - 59ème ! (Bourgogne)

L'île aux amphores (Corse)

Cognac & Gibier avec Nobuyuki Akishige / Automne (Paris 11)

Karen Torosyan / Secrets et techniques d'un cuisinier orfèvre / Prix Champagne Collet du livre d...

A-Stay Anvers, L’hôtel nomade connecté (Belgique)

On the rail with Thello (Paris-Milano-Venezia) - 3 Days in Veneto

Cognac & Cuisine nikkei / Lucas Felzine - Uma / Paris 1

Les Cognacktails, des cocktails à manger / Les Passerelles (Paris 10)

Restaurant Koehler - Auberge du Cheval Blanc / Westhalten (Alsace)

Les Oliviers / Mauléon-Barousse (Hautes-Pyrénées)

1/5
Please reload