L'ABSexWine / Part 2/4

05/10/2015

 

A comme Abstème

Le message est clair, « Abstèmes s’abstenir »(lire à ce sujet cet édito) comme le proclame Catherine Maisonneuve et Matthieu Cosse avec leur cuvée 100% gamay (vin de France) cultivée en byodinamie. Un vin gourmand avec lequel il n’est pas bon de se retenir. En effet, comment aimer (ou ne pas) sans goûter ?

 

 B comme Banane

Avec « Ceci n’est pas une Banane » de Lilian et Sophie Bauchet à Fleurie, nous restons sur un pur gamay, mais en Beaujolais (nouveau). Clin d’œil à Magritte autant qu’à Warhol et surtout à l’arome pas toujours très « naturel » dont on qualifiait parfois encore au début des années 2000 le plus célèbre des primeurs. Un vin nature, vous l’aurez compris.

 

C comme champagne

Le champagne a bien des expressions et justifierait un abécédaire à lui seul. Du classique « Amour » de Deutz à l’enjôleur « Red kiss » de chez Cattier en passant par « La  Libertine » baroque du XVIIIème de chez Doyard, voilà un mélange qui fait « Bam ! » comme chez Tarlant lorsqu’il est non dosé. Impossible de faire un choix !

 

D comme Désir

Au domaine Gutizia, ce qui en basque signifie « ce que l’on a désiré », Cécile Sabah et Sébastien Clauzel ont livré leur dernier désir, datant de 2011 : Dotorea (l’Elégante). Avec 80% de tannat, complété de cabernets, franc et sauvignon, cet Irouleguy, proche du fruit et épicé, rend justice à son nom.

 

E comme Eve

Avec « La Combe d’Eve » d’Emmanuel Giboulot en Côtes de Beaune, nous voilà de retour aux origines du chardonnay, pas très loin du fruit défendu, si l’on en croit la justice en raison des préceptes de biodynamie appliqués par le vigneron. Une combe bien tendue où il fait bon s’y détendre tant sa gamme aromatique est riche. Une petite idée de ce que l’on a perdu en quittant le paradis.

 

F comme Félicie (aussi)

« L'Aramon lui tournant la tête, elle murmura "quand tu voudras." » C’est visiblement en employant la méthode brevetée par Bacchus avec Vénus que Fernandel emballa Félicie dans sa chanson. En souvenir de ce cépage oublié, Charles Jany, du domaine des Griffes à Nizan, et Philippe Catusse, propriétaire du Chameau Ivre à Béziers, créèrent, en 2011, la cuvée « Félicie aussi » en rouge (90% aramon, 10% carignan). Ils reviennent en 2013 avec la même cuvée, mais en rosé cette fois (60% aramon, 40% grenache), aux accents de fête votive. Roulez jeunesse (mais seulement au stand des auto-tamponneuses) !

 

G comme Point

On ne trouve pas le « Point G » à tous les coups. C’est sûrement pour cela qu’Emile Hérédia, du domaine Montrieux  dans les coteaux du Vendômois, ne produit ce pur gamay sans souffre que lors des très beaux millésimes, le dernier datant de 2011. Ce vin de table est issu des mêmes vieilles vignes à partir desquelles il vinifie également son pet’nat (pétillant naturel) « Boisson rouge ».

 

H comme Héloïse

Il n’y a pas d’Héloïse sans Abélard tout comme la syrah est indissociable du grenache dans la vallée du Rhône méridionale. Ce détournement de mineure à la base finit en une harmonieuse relation, (il est vrai qu’Abélard ayant été châtré entre temps, la relation ne pouvait que devenir platonique). Aussi, au domaine du Chêne Bleu, ces deux cuvées, faites à partir des deux cépages en AOC Ventoux se regardent en miroir inversé. Abélard, à dominante grenache, Héloïse, à dominante syrah, mâtinée également pour sa part d’un peu de viognier comme plus au nord.

 

I comme Idylle

« Idylle » (grenache blanc 50%, grenache gris 40%, macabeu 10%), est l’une des cuvées du Clos de vins d’amour à Maury dont toute la gamme est relation amoureuse en soit (« Flirt » pour le rosé, « Un Baiser » pour le rouge, « Alcove » pour le Maury). Avec ses aromes de garrigue et de menthe, elle rêve de rencontrer des asperges vertes en revuelto.

 

J comme J’en veux

Ce vin de table, vinifié sans souffre par Jean-François Ganevat à Rotalier dans le Jura, se compose de 17 anciens cépages jurassiens. Un vin aussi « reptilien » que son étiquette (cf. photo), malgré sont faible degré d’alcool (10,5°), avec des aromes herbacés et acidulés. Un vin de soif qui « remplace avantageusement la bouteille d'eau au pied du lit » d’après le vigneron.

 

 

A suivre...

 

 

Please reload

Restaurant Sevin / Corinne et Guilhem Sevin / Avignon (84)

La Bonne Étape / Jany Gleize / Château-Arnoux-Saint-Auban (04)

La Font des Pères / Le Beausset (Var)

Cognacktail de saison avec Sterling Hudson / Octopus / Puteaux (92)

Huiles & Mets, un accord à explorer / Les Callis / Gordes (Vaucluse)

Accord pour un hommage / Béatrice Bernard / Le Cellier du Palais (Savoie)

L'Odylée en 4 accords / Violès (Vaucluse)

Armani Ristorante* / Massimo Tringali (Paris 6)

Double transmission pour un accord / Drappier & Lallement (Champagne)

Vente des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges - 59ème ! (Bourgogne)

1/5
Please reload