Château de la Crée / Bourgogne

21/07/2014

 

Quinze jours après avoir été durement frappé par la grêle, pour la troisième année consécutive dans certaines appellations comme Pommard ou Volnay, la vigne reprend ses droits en Bourgogne. Focus sur le domaine conduit en biodynamie, avec Nicolas Ryhiner, néo-vigneron suisse-allemand à Santenay et homme de lettres et de scène à Bâle.

 

Faire le chemin ensemble

 

Nicolas Ryhiner et son épouse, Béatrice Zurlinden (architecte et créatrice), ont acquis, en 2004, le Château de la Crée, avec ses 1,4 hectare de vignes "Clos du Château". Il suit alors une formation en viticulture et œnologie à l’Université du vin de Suze-la-Rousse (Drôme) et entreprend la restauration de la bâtisse et de la cuverie. Le domaine est aujourd’hui de 10 hectares de vignes sur 7 communes de la Côte de Beaune (Santenay, Chassagne-Montrachet, Puligny-Montrachet, Meursault, Maranges, Volnay et Pommard).

Petit tour des vignes, avec son chef de culture, Nicolas Perrault. Les parcelles de Pommard ont été touchées à 80%, tout comme celles de Volnay. 60% à Meursault et 40% pour celles de Chassagne-Montrachet. A Pommard, on peut voir encore les impacts de grêle sur les piquets (cf. photo), mais la repousse laisse espérer de sauver ce qui reste. Heureusement qu’à Santenay les vignes ont été préservées. Seulement à 5 à 10% de perte.

 

De La Métamorphose des plantes de Goethe, point de départ des principes de la biodynamie, mis en forme par Rudolf Steiner, Nicolas Ryhiner voit un parallèle avec le théâtre, car sur scène comme pour la vigne, le résultat dépend du chemin emprunté. Et, plus important que tout à ses yeux, la distribution. Avec Nicolas Perrault, à la vigne, Aline Beaume, œnologue, au chai pour les vinifications, et Karine Moreteaux à la commercialisation, il s’est entouré dès le début d’une équipe jeune en qui il a toute confiance. Essentiel pour cet homme qui fait un à deux allers-retours Bâle-Santenay par semaine. Autre parallèle avec le théâtre, c’est qu’à chaque saison, tout est à refaire, sur les planches comme dans les vignes, pour écrire cette histoire, sans cesse recommencée, entre un terroir, un ou des cépages et l’homme, avec les aléas climatique de chaque millésime.

 

 

L'appellation qui monte

 

Et si Santenay n’est pas l’appellation la plus cotée de la Bourgogne, c’est certainement celle qui monte le plus. Pour vous en convaincre, il suffit de déguster, en blanc comme en rouge, les cuvées les Gravières (de préférence en 2010). Tension et minéralité du chardonnay d’un côté, velours épicé du pinot noir de l’autre. Vous m’en direz des nouvelles.

 

A noter dans vos agendas la date du 14 novembre. A l’occasion de la vente aux Hospices de Beaune, le Château de la Crée organise un dîner gastronomique concocté par Thomas Le Courbe, accompagné, bien sûr, par les cuvées du château.

 

(Première publication sur www.terredevins.com)

 

 

Château de la Crée

9 Rue de la Créé, 21590 Santenay
Tel : 03 80 20 67 58

http://www.la-cree.fr/

 

 

Please reload

On the rail with Thello (Paris-Milano-Venezia) - 3 Days in Veneto

Cognac & Cuisine nikkei / Lucas Felzine - Uma / Paris 1

Les Cognacktails, des cocktails à manger / Les Passerelles (Paris 10)

Restaurant Koehler - Auberge du Cheval Blanc / Westhalten (Alsace)

Les Oliviers / Mauléon-Barousse (Hautes-Pyrénées)

Le Donjon / Domaine Saint Clair / Étretat (Normandie)

Le Central / Dijon (Bourgogne)

Vueling* to Douro / #visitportoandthenorth / Portugal

Château de Crémat & Le Magellan / Nice / Théoule-sur-mer

Vous avez dit Beaujonomie ?

1/5
Please reload